TINTA RUN

MANGA : TINTA RUN

Un manga francais !

RESUME :

Premiers jours de pâtisserie pour Arty. La loi de Phinéa exige d’apprendre un vrai métier pour devenir un bon citoyen. Seulement, à 16 ans, le garçon rêve à quelque chose de plus grand. Face à son maître tyrannique, d’étranges et puissantes capacités font jour. Arty serait-il l’héritier de la Tinta, cette énergie magique qui régit toute loi sur Phinéa ?

Pour percer le secret de ses pouvoirs, le jeune homme devra s’embarquer dans une course éperdue pour sa liberté, affronter de courageux habitants qui n’attaquent qu’en groupe, cavaler sans aucun slip de rechange, s’acoquiner avec une fontaine et réussir à esquiver sa mère. Deviendra-t-il l’un de ces mythiques Tinters qui font la loi ?

 SHONEN : TINTA RUN
TINTA RUN © GLENAT 2018

CRITIQUE :

Voilà un nouveau manga français qui arrive chez Glenat sous le trait de Christophe Cointault . Cette nouvelle histoire s’inscrit clairement dans la veine du shonen. La première chose intéressante c’est le pouvoir de notre héros, malgré un manque d’informations sur les Tinters et leurs pouvoirs, qui nous montre une partie sombre et incontrôlable du moins pour le moment. Le gros souci c’est que l’auteur nous donne des éléments sans un minimum d’explications derrière, meme les gants qu’Arty ne peut enlever, les Tinters qui sont-il ? Qu’est-ce que la Tinta ?

Bref, c’est ce qui m’a le plus déranger dans ce premier tome. Qu’on ne donne pas toutes les explications je le comprends, mais il faut tout de même un minimum. Pour exemple, dans One Piece, on sait très rapidement pour les fruits du démon ce qui ne nous empêche pas d’en apprendre plus par la suite.

Niveau dessin, ce qu’on peut dire, c’est qu’on ressent l’inspiration de manga tel que One Piece. Un univers bien à lui avec des personnages caricaturaux, ce qui permet bien sûr d’exagéré les expressions et on peut dire que Christophe Cointault ne s’en prive pas. On voit le soin apporter à son dessin, tout particulièrement sur ses personnages, les décors sont moins travaillés. Le découpage est classique et s’adapte bien à l’action, mais montre parfois quelques faiblesses point de vue mise en scène.

En Bref, Tinta Run est un manga avec un énorme potentiel.

[Critique faite après lecture du premier tome.]


  • REDACTEUR
    - RYUDOKA -
  •   HISTOIRE :
      PERSONNAGE :
      MISE EN PAGE :
      GRAPHISME :

  •   MOYENNE :
    3.80
    Note sur 5
  • Age de lecture : 12 ans et +
  • Editeur :
    GLENAT
    Genre :
    ACTION / AVENTURE
    Type :
    MANGA
    Collection :
    SHONEN
    Volume :
    4 Tomes
    Album :
    180 pages environs
  • LIENS ASSOCIEES :


     
     
  •  
  • TINTA RUN
    WIND FIGHTERS
    CRITIQUE MANGA
    CHRISTOPHE COINTAULT