MANGA :  OOKAMI RISE

MANGA : OOKAMI RISE

Un shonen atypique sur la condition humaine

MANGA : FINI 5 / 5
MANGA : OOKAMI RISE
ACHETER SUR :
BDfugue
MANGA : OOKAMI RISE
ACHETER SUR :
BDfugue
MANGA : OOKAMI RISE
ACHETER SUR :
BDfugue
MANGA : OOKAMI RISE
ACHETER SUR :
BDfugue
MANGA : OOKAMI RISE
ACHETER SUR :
BDfugue
OOKAMI RISE © PANINI 2021

RESUME :

Il y a 22 ans, une météorite a frappé le Japon, qui s’est immédiatement fait avaler par les deux super puissances de l’Asie : la Chine au sud et la Russie au nord. Les restes du peuple japonais, désormais nommé «l’ethnie des Wa », subsiste difficilement, opprimée dans des camps de concentration. Entre les deux régions annexées, centrée sur le cratère, une zone sauvage de 34 kilomètres où les communications ne passent pas et qui est hantée par les Wolangs, d’étranges hommes-bêtes apparus suite à la chute de l’astéroïde. Se réclamant humaine, cette nouvelle espèce est pourtant bien plus forte, plus rapide, quasiment invincible. Son sang est pour l’humanité, soit un poison mortel, soit la promesse d’une mutation en un nouveau Wolang.

Mais c’est sans compter sur le Chigou, les forces spéciales chinoises spécialement entrainées pour lutter contre la cinquantaine de ces loups-garous vivants. Quelle vérité se cache derrière ces soi- disant monstres et quel lien mystérieux rattache ensemble Akira, du Chigou, Ken, le leader des anthropomorphes et Isaku, un chasseur russe ? Et que deviendra Emi, camarade Chigou, seule femme connue à avoir jamais résisté au sang des Wolang

CRITIQUE :

Un petit manga bien atypique que ce Ookami Rise, que nous propose Yu Ito. Ebauche futuriste, science-fiction, réflexion sur la condition humaine, le tout avec pas mal d’action et beaucoup de mystère, il y a là un gros potentiel à n’en pas douter.

Dans un futur assez étrange, mais pas forcément impossible, la Chine et la Russie se partagent l’ancien Japon, dont le peuple se trouve réduit à une ethnie qui lutte pour survivre, au sein des nations qui l’ont détruite... un contexte déjà complexe et qui laisse à gamberger. Mais s’y ajoute la dimension Wolang : une vie microbienne extra-terrestre, provenant de la météorite à la racine de l’invasion, a survécu en infectant le loup Japonais en voie d’extinction. Alors, quand les Chinois l’ont découvert, ils n’ont plus eu qu’une idée en tête : militariser le processus au travers d’hôtes humains. Bien sûr, ça leur a glissé entre les doigts et ils veulent cacher leur bêtise...

Nous vivions donc au travers de cette œuvre un véritable écheveau de luttes : les chinois luttent pour effacer les traces de leur expérience Wolang, les russes pour les étudier tant que c’est possible et les Wolangs veulent simplement survivre. Que de frictions en perspective !

L’autrice a réussi à créer ici un véritable climat local, où tout est possible, dans la zone-tampon de non-droit entre les deux grandes puissances ; mais elle est également parvenue à décrire un futur crédible, quoique bien sombre pour le Japon. Les Wolangs ont des comportements et des mutations variables, oscillant du simple humain poilu à grandes canines à de véritables monstres gros comme des voitures, mais conservant toujours un esprit désespérément humain, d’où leur grande pour trouver leur place dans ce monde.

L’œuvre est rythmée et fournie en combats qui nous maintiennent en haleine, tout en mettant en avant une intrigue qui se complexifie au fur et à mesure de la lecture. Car on apprend que le chef des Wolang, l’un des soldats d’élite chinois devant le tuer et le chasseur russe devant le capturer, ont été les meilleurs amis du monde dans un camp de concentration, au début du conflit ! Rien que ça !

Graphiquement, c’est aussi atypique que le contenu de l’histoire : Yu Ito nous propose un design assez brut, peu détaillé en fonds, mais qui correspond bien aux Wolangs comme à leurs adversaires, mettant en avant l’efficacité de l’action au détriment des trompeuses apparences. Un choix bien assumé donc, et finalement plutôt efficace.

Une lecture bien entrainante au final, mettant en avant une lutte de tous les instants pour la survie, mais révélant aussi le monstre et l’humain dans chacun des camps... J’ai dévoré les deux premiers tomes sans respirer et j’ai hâte de percer les mystères qui persistent dans les trois volumes qui viendront compléter série cette courte, mais intense.

[Critique faite après lecture du tome 1 et 2.]


  • REDACTEUR
    - ESTEBAN -
  •   HISTOIRE :
      PERSONNAGE :
      MISE EN PAGE :
      GRAPHISME :

  •   MOYENNE :
    3.75
    Note sur 5
  • Age de lecture : 15 ans et +
  •   Editeur :
      PANINI MANGA

      Genre :
      FANTASTIQUE
      AVENTURE
      SCIENCE-FICTION
    Type :
    MANGA
    Collection :
    SHONEN
    Album :
    180 pages environs
  • LIENS ASSOCIEES :

     
     
  •  
  • OOKAMI RISE
    CRITIQUE MANGA
    YU ITO
    PANINI