MANGA  TOKYO REVENGERS

MANGA : TOKYO REVENGERS

RESUME :

Takemichi est âgé de 26 ans. Il vit de petits boulots, plus ingrats les uns que les autres. Tandis qu’il regarde les infos, il apprend que son ex-petite amie – la seule qu’il ait eu – Hinata vient de décéder. Il réalise alors que sa vie est entièrement ratée. C’est lorsqu’il chute du quai de la gare qu’il se retrouve propulsé 12 années en arrière lorsqu’il était membre d’une bande au collège. Et si c’était pour lui l’occasion d’améliorer sa vie voire même de sauver Hinata ?

  TOKYO REVENGERS
TOKYO REVENGERS © GLENAT 2019

CRITIQUE :

Lorsque j’ai lu le résumé de Tokyo Revengers, je me suis dit « c’est une sorte de « Bis » ou « Back to the Future » version manga que nous propose Ken Wakui », mais en fait pas du tout !

En effet, Takemichi se retrouve dans son corps d’il y a 12 ans, mais au-delà de ça, rien à voir. Le pauvre va se rendre compte qu’il est revenu le jour même où lui et ses amis se sont fait passer à tabac par une bande adverse, devenant ainsi leurs « esclaves ». Je poursuis ma lecture de ce premier tome de Tokyo Revengers et me fais la remarque qu’un tome unique aurait suffi pour raconter cette histoire, mais voilà que j’arrive au troisième chapitre avec l’arrivée de nouveaux personnages que l’on va vite apprendre à découvrir.

Ce premier tome contient les cinq premiers chapitres de l’histoire et ils ont en commun le fait que le titre est en anglais et commence par la même syllabe : reborn, resist, resolve, relieve et revolve.

Lors de son premier séjour dans le passé, Takemichi va faire la rencontre d’une personne qu’il va aider et à qui il va se confier. Et dans le présent, c’est cette même personne qui va éviter son accident mortel sur le quai et lui expliquer comment il peut utiliser son pouvoir de saut temporel…

Ken Wakui nous propose en fait un scénario sympathique et relativement innovant : le saut dans le temps est obligatoirement de 12 ans ! Pourquoi ? Et bien on ne le sait pas à la fin du premier tome. J’espère que Ken Wakui nous l’explique ultérieurement dans la suite de Tokyo Revengers.

Niveau dessin c’est très sympathique également, pas brouillon comme on peut le voir parfois dans des Shonen de baston. Le trait est fluide et fin ce qui est très agréable !

AUTEUR : Ken Wakui n’est pas connu uniquement pour Tokyo Revengers. Avant celui-ci il avait déjà publié un autre manga intitulé « Shinjiku Swan ». De plus, Ken Wakui n’a pas eu besoin de tout inventer pour son Tokyo Revengers. En effet, ancien « Furyo » (type de jeune voyou japonais, ndr), il s’est inspiré de son passé lorsqu’il était – dans les années 2000 – membre d’un gang. C’est pourquoi il a mis en avant dans Tokyo Revengers les sentiments humains et les relations amicales afin de dépeindre ce qu’étaient les gangs japonais à l’époque.

Vous l’aurez compris, Ken Wakui nous propose sa vision par le biais de ses souvenirs de ce qu’étaient les gangs de Furyos à l’époque.


  • REDACTEUR
    - FREDERIC M -
  •   HISTOIRE :
      PERSONNAGE :
      MISE EN PAGE :
      GRAPHISME :

  •   MOYENNE :
    4.75
    Note sur 5
  • Age de lecture : 14 ans et +
  •   Editeur :
      GLENAT

    Genre :
    DRAME
    ACTION
    Type :
    MANGA
    Collection :
    SHONEN
    Album :
    180 pages environs
  • LIENS ASSOCIEES :
     
     
  •  
  • TOKYO REVENGERS
    CRITIQUE MANGA
    KEN WAKUI
    SHONEN