MANGA : MORIARTY

RESUME :

Deux frères orphelins sont accueillis dans la famille Moriarty, grâce aux ambitions cachées du fils aîné Moriarty, Albert. Ce dernier abhorre l'aristocratie à laquelle il appartient et le système social qui régit la société britannique. Albert a vu en l'aîné l'intelligence et le charisme dont il avait besoin pour accomplir son rêve de nettoyer la société de ces "êtres inutiles et sales". Albert propose de leur offrir sa richesse et son influence à condition que les garçons mettent leur intelligence au service de son rêve. 13 ans plus tard, à côté de leurs activités officielles, les frères Moriarty sont devenus des "conseillers privés". Avec William à leur tête, ils aident les gens du peuple, victimes d'injustices, à se venger des riches qui les ont fait souffrir. Leur sanction est impitoyable, car la punition qu'ils infligent n'est autre que...la mort !

MORIARTY
MORIARTY © KANA 2018

CRITIQUE :

un manga sur la Némésis de Sherlock Holmes, comment le professeur Moriarty est-il devenu ce célèbre criminel ? Et bien c’est ce que nous allons découvrir grâce à ce manga. Je trouve l’idée tout simplement géniale. Dès les premières pages, on sent l’envie de retourner les rôles entre Holmes et Moriarty. Pour le moment, il faut dire que les plans de ce cher professeur ne sont pas compliqués, mais fonctionnent bien. J’aurai aimé avoir des plans un poil plus compliqués, mais avec le recul il faut bien une évolution, d’une dans les plans confectionnés par notre héros et de deux la possibilité à Sherlock Holmes de deviner, avec par le fait assez de facilité, les tours de sa Némésis.

Quant au dessin, pas grand-chose à dire. Ici, nous avons le trait fin de Hikaru Miyoshi, qui a dessiné également le manga Psycho-Pass - Inspecteur Akane Tsunemori au côté d’Amano Akira, la chara-designer.

Le découpage est vraiment très classique. Si cela colle pour la majorité du récit, cela s’adaptera mal au moment d’action, un brin dommage. Je reste tout de même assez confiant pour la suite de cette œuvre. C’est un autre angle que nous proposent les deux auteurs sur les aventures du célèbre détective. Rien que pour cela je pense que ça vaut le coup de s’y pencher.

Le dessin est loin d’être top, le mangaka nous offrant un design bien pauvre et facile, affichant une absence criante de détails sur les protagonistes et en utilisant des fonds trop souvent blancs ou noirs. Il plagie même sans vergogne certains personnages comme Dumbledore ou Mc Gonagall, affichant ainsi un manque criant d’originalité.
Et que dire de l’utilisation abusive et outrancière du recyclage de cases : la tête sans expression du héros est répétée à l’infini, parfois trois fois sur une même page ! Au prix du manga, c’est du vol... Le seul attrait graphique réside finalement dans quelques rares plans où l’auteur se lâche un peu, par le dynamisme ou la perspective utilisée, comme les « one-punch » où Mash étale son ennemi d’un coup. Mais au milieu de toutes ces cases faciles et vides, ça fait léger...

En bref, un manga pour les fans de Sherlock Holmes ou des joutes intellectuelles. Moriarty reste un bon manga avec un bon potentiel. [Critique faite après lecture du premier tome.]


  • REDACTEUR
    - RYUDOKA -
  •   HISTOIRE :
      PERSONNAGE :
      MISE EN PAGE :
      GRAPHISME :

  •   MOYENNE :
    3.25
    Note sur 5
  • MANGA : 12 ans et +
  •   Editeur :
      KANA DARK

    Genre :
    POLICIER / THRILLER
    Type :
    MANGA
    Collection :
    SHONEN
    Album :
    190 pages environs
  • LIENS ASSOCIEES :
     
  •  
  • HIKARU MIYOSHI
    CRITIQUE MANGA
    MORIARTY